« Sheila Levine est morte et vit à New York » de Gail Parent

« Sheila Levine est morte et vit à New York » de Gail Parent aux éditions Rivages

Trouvé au détour d’une allée de la Fnac, je n’avais jamais entendu parler de ce bouquin, c’est donc principalement le titre et la quatrième de couverture qui m’ont donné envie de le lire.

Résumé

« Vu l’explosion démographique, vous en connaissez un, vous, de moyen plus écolo que de s’éliminer soi-même ? »
Née dans une famille juive dont le mot d’ordre est : « Trouve un mari à la fac, après ce sera plus dur », Sheila Levine, toujours célibataire à 30 ans, décide que la plaisanterie a assez duré et se lance dans l’organisation de son suicide. Après avoir cherché un époux, un appartement, du plaisir, de la minceur, des fringues branchées et un job, mis toutes les chances de son côté en allant voir un psy et en faisant preuve d’un libéralisme sexuel à toute épreuve, la voilà qui se met en quête d’une concession, d’une pierre tombale, d’un rabbin et de la robe ad hoc.

"Sheila Levine est morte et vit à New York" de Gail Parent

L’avis de Liliwenn

Quand on lit ce livre, on a vraiment l’impression de se retrouver devant de la chick-lit des années 2000 (attention, de la bonne chick-lit) et pourtant Gail Parent es née en 1940 et l’a écrit au début des années 70, assez impressionnant! On sent que mai 68 est passé par là. On y retrouve tout de même, lors de certains passages, un petit côté rétro, lorsque la narratrice et protagoniste, Sheila, s’amuse à nous rappeler le poids des traditions (celles de l’époque et celles liées à sa religion).
Mis à part cela, on pourrait vraiment comparer ce livre à ceux d’Helen Fielding, Sophie Kinsella et consorts.
Sheila, l’héroïne, a la trentaine, est mal dans sa peau, est célibataire, cherche le grand amour, est libérée sexuellement, a des parents légèrement encombrants, cherche un job de rêve.

Gail Parent a ,quant à elle, beaucoup d’humour et nous fait partager avec plaisir les (més)aventures de son héroïne. Elle manie habilement l’humour noir et ne s’encombre pas avec le démago! Ses personnages sont détestables ou attachants (parfois les deux) et on en redemande!

Verdict: ce roman a réussi à me réconcilier avec la chick-lit que j’avais délaissée, il y a quelques années (victime d’une overdose). J’ai été surprise de voir que ce genre de littérature existait déjà dans les années 70, moi qui pensait qu’un nouveau style avait été lancé dans les années 90!
J’ai beaucoup aimé le ton libéré de l’auteur et je le conseille à tous ceux qui ont envie de passer un moment agréable sans se prendre la tête!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités
Cet article, publié dans Les lectures de Liliwenn, Les trucs qui se lisent, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « Sheila Levine est morte et vit à New York » de Gail Parent

  1. Frankie dit :

    Je vais le noter car il m’a l’air sympa !

  2. liliwenn dit :

    Oui, ça se lit vraiment tout seul. Il est assez court et le style est simple et agréable! N’hésite pas à me donner ton avis après lecture.

  3. Frankie dit :

    Ce ne sera pas avant de nombreux mois, il faudra faire preuve de patience ! 🙂

  4. liliwenn dit :

    Je viens de voir que de nombreuses lectures communes t’attendent! Je serai patiente!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s