Du changement dans l’air!

Ce blog change de carapace et d’adresse, vous pouvez retrouver la nouvelle version de

C’est dur d’être une tortue en cliquant ici

Publié dans Uncategorized | 2 commentaires

« Gatsby le magnifique » de Francis Scott Fitzgerald

« Gatsby le magnifique » de Francis Scott Fitfgerald aux éditions Le Livre de Poche

"Gatsby le magnifique" de Francis Scott Fitzgerald

Je retourne le livre et je vois:

Nous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes. C’est l’époque de la Prohibition et des fortunes rapides. En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche. Mille légendes courent sur son compte, qui n’empêchent pas les gens chic – et moins chic -, de venir en troupe boire ses cocktails et danser sur ses pelouses. Gatsby le Magnifique joue la carte des folles dépenses pour éblouir Daisy, mariée à Tom Buchanan, un héritier millionnaire. Le jour où l’espoir de conquérir sa bien-aimée s’évanouit, la fête prend fin brutalement… Gatsby le Magnifique est un des romans emblématiques de la littérature américaine du XXe siècle.

Et j’en pense quoi?

« Gatsby le magnifique » traîne dans ma bibliothèque depuis le mois de juin (moui, c’est un cadeau d’anniversaire), on peut donc dire que je ne me suis pas précipitée pour le lire. Pour être honnête, je n’ai pas vraiment idée du genre de roman que cela peut-être.

C’est seulement récemment que je me suis lancée dans cette lecture car je n’aime pas trop que mes livres fassent un séjour prolongé dans la PAL (pauvres petits). Et « oh » surprise, j’aime ce que je lis, les pages tournent et cette atmosphère me plaît, normal, on parle paillettes et glamour là!

Bon, Gatsby est un peu lourd à se la jouer faux mystérieux hésitant, on a envie de lui dire « lance toi mec! » mais Daisy et Jordan Baker sont à tomber, ridicules et précieuses juste ce qu’il faut pour les rendre attachantes et drôles dans leur rôle respectif de femme d’héritier millionnaire et de joueuse célèbre de golf. Nick, le narrateur, n’a que peu d’interêt, si ce n’est de faire le lien entre tous les personnages et d’être le narrateur.

Alors même si dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai préféré la première partie, celle où l’on rencontre les différents personnages, où l’on retrouve un paris rive gauche/rive droite version américaine et celle où l’on s’attarde sur les fêtes démesurées données par Gatsby.

Pour faire bref, j’ai beaucoup apprécié cette lecture d’un style simple et élégant (la classe quoi!) et je lirai bien un autre Francis Scott Fitzgerald. Vous me conseillez quoi?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les lectures de Liliwenn, Les trucs qui se lisent | Tagué , , | 7 commentaires

C’est lundi! Que lisez-vous?

 

Deuxième participation au rendez-vous du lundi organisé par Malou. Et voila le travail mes petites tortues:

La semaine dernière, j’ai lu:

– « Kick Ass » de Mark Millar et John Romita Jr

– « Et mon coeur transparent » de Véronique Ovaldé

– « Monster, tome 12 » de Naoki Urasawa 

(Oups, on dirait bien que j’ai fait une pause dans « La conjuration des imbéciles » de John Kennedy Toole).

En ce moment, je lis:

– « Monster, tome 13 » de Naoki Urasawa

– « Le voyage dans le passé » de Stefan Zweig

La semaine prochaine, je m’attaque à:

– la suite de « Monster »

– « Pour vous » de Dominique Mainard

… ou autre chose, cette question est trop difficile, grr!

Publié dans Les lectures de Liliwenn | Tagué , , , , , , , | 6 commentaires

La rentrée littéraire aura ma peau!#2

On poursuit aujourd’hui avec les livres de la rentrée littéraire qui font envie. C’est parti pour un second tour:

"La carte et le territoire" de Michel Houellebecq

 

 Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre. Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passa seul de nombreux réveillons de Noël. Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession. Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police. Sur la fin de sa vie il accédera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures. L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.

"Cosmoz" de Claro

 Réclamés à parts égales par la fiction et le réel, échappés de l’univers mythique du Magicien d’Oz , quelques orphelins du siècle traversent, des tranchées de 14-18 au champignon atomique d’Hiroshima, un demi-siècle de barbarie. Mise à mal par les diverses tornades de l’Histoire, la petite tribu des « Oziens » se confronte aux politiques monstrueuses qui transformèrent l’Europe en une galaxie de camps de concentration et le reste du monde en parcs d’attraction ou en camps retranchés. CosmoZ, une anti-féérie pour revisiter, à l’aune d’un merveilleux qui se rêve résistance, la mortelle illusion des utopies qui, sous mille visages, nous gouvernent.

"Des fleurs pour Zoë" d'Antonia Kerr

 

À la veille de ses soixante ans, Richard sent la déprime le gagner. Sa femme Evelyn l’a quitté douze mois plus tôt, Manhattan l’ennuie, son travail aussi. Il décide de tout abandonner pour couler des jours tranquilles à Key West, dans une maison de retraite de luxe.
C’est compter sans Zoë, la jeune nièce de son nouvel ami John-John, dont Richard tombe brutalement amoureux. À vingt-deux ans, elle est insatiable, drôle, insaisissable, joyeuse. Ils quittent rapidement Key West pour une traversée burlesque des États-Unis, durant laquelle se révèlent les antagonismes de ce couple bizarrement assorti. Pendant les haltes du voyage, quand Zoë n’épuise pas Richard par une libido volcanique, le sexagénaire appelle son psychanalyste. Bien qu’il soit athée, il invoquerait presque Dieu pour comprendre ce qui lui arrive…

 

La ballade de Lila K" de Blandine Le Callet

 La Ballade de Lila K, c’est d’abord une voix : celle d’une jeune femme sensible et caustique, fragile et volontaire, qui raconte son histoire depuis le jour où des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l’a prise en charge.

Surdouée, asociale, polytraumatisée, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Elle n’a qu’une obsession : retrouver sa mère, et sa mémoire perdue.

Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, où la sécurité semble désormais totalement assurée, mais où les livres n’ont plus droit de cité.

Au cours d’une enquête qui la mènera en marge de la légalité, Lila découvrira peu à peu son passé, et apprendra enfin ce qu’est devenue sa mère. Sa trajectoire croisera celle de nombreux personnages, parmi lesquels : un maître érudit et provocateur, un éducateur aussi conventionnel que dévoué, une violoncelliste neurasthénique en mal d’enfant, une concierge vipérine, un jeune homme défiguré, un mystérieux bibliophile, un chat multicolore…

Roman d’initiation où le suspense se mêle à une troublante histoire d’amour, La Ballade de Lila K est aussi un livre qui s’interroge sur les évolutions et possibles dérives de notre société

"Ouragan" de Laurent Gaudé

 Au coeur de la tempête qui dévaste la Nouvelle-Orléans, dans un saisissant décor d’apocalypse, quelques personnages affrontent la fureur des éléments, mais aussi leur propre nuit intérieure. Un saisissant choral romanesque qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort, la plainte des sacrifiés, le chant des rescapés.

"Le sel" de Jean-Baptiste Del Amo

 « Quand tout sera terminé, vous douterez de moi, du souvenir qu’il vous restera de moi. Les choses sont ainsi, les vivants défigurent la mémoire des morts, jamais ils ne sont plus loin de leur vérité. »

"Naissance d'un pont" de Maylis de Kerangal

 « À l’aube du second jour, quand soudain les buildings de Coca montent, perpendiculaires à la surface du fleuve, c’est un autre homme qui sort des bois, c’est un homme hors de lui, c’est un meurtrier en puissance. Le soleil se lève, il ricoche contre les façades de verre et d’acier, irise les nappes d’hydrocarbures moirées arc-en-ciel qui auréolent les eaux, et les plaques de métal taillées en triangle qui festonnent le bordé de la pirogue, rutilant dans la lumière, dessinent une mâchoire ouverte. »

Ce livre part d’une ambition à la fois simple et folle : raconter la construction d’un pont suspendu quelque part dans une Californie imaginaire à partir des destins croisés d’une dizaine d’hommes et femmes, tous employés du gigantesque chantier. Un roman-fleuve, « à l’américaine », qui brasse des sensations et des rêves, des paysages et des machines, des plans de carrière et des classes sociales, des corps de métiers et des corps tout court.

"Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" de Mathias Enard

 

13 mai 1506, un certain Michelangelo Buonarotti débarque à Constantinople. A Rome, il a laissé en plan le tombeau qu’il dessine pour Jules II, le pape guerrier et mauvais payeur. Il répond à l’invitation du Sultan qui veut lui confier la conception d’un pont sur la Corne d’Or, projet retiré à Leonardo da Vinci. Urgence de la commande, tourbillon des rencontres, séductions et dangers de l’étrangeté byzantine, Michel Ange, l’homme de la Renaissance, esquisse avec l’Orient un sublime rendez-vous manqué. Par l’auteur du très remarqué « Zone » (prix Décembre 2008 et prix du livre Inter 2009).

Et voilà pour cette deuxième salve de livres qui n’attendent qu’une chose, intégrer la PAL le plus vite possible!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les trucs qui se lisent | Tagué | 2 commentaires

Marché du livre un jour, marché du livre toujours!

La dernière fois que je suis allée au marché du livre dans le 15ème, je n’ai rien acheté, le temps était pluvieux et je n’avais pas un sou en poche alors dimanche dernier, il a bien fallu que je me rattrape (ça c’est de l’excuse hein?!!)! Et vu le butin, je ne pourrai pas me resservir de cette excuse la prochaine fois…

Et oui, je suis rentrée avec pas moins de cinq livres, c’est pour la bonne cause, il reste de la place dans nos dernières bibliothèques!

Allez, je vous montre:

A l’entrée du marché, je tombe sur « Et mon coeur transparent » de Véronique Ovaldé, je ne connais pas ce titre mais j’ai beaucoup entendu parler de « Ce que je sais de Vera Candida » du même auteur alors je n’hésite pas.

« Et mon coeur transparent » de Véronique Ovaldé

Je continue ma petite promenade et j’aperçois un livre rose, tout rose qui m’intrigue, je le soulève et oh surprise, ce sont des nouvelles indiennes, dont certaines de Bulbul Sharma mais également d’Anita Nair et Chitra Banerjee Divakaruni, une bonne surprise, je prends!

"Balades indiennes"

Fin de la première allée se trouve un livre que je veux vraiment acheter et il est à 2 euros alors là, je veux bien me battre si on est deux dessus. Et c’est…roulements de tambour… « Les déferlantes » de Claudie Gallay.

"Les déferlantes" de Claudie Gallay

On change de stand et c’est encore, un livre que je voulais acheter, sur lequel je tombe, je l’ai vu sur beaucoup de blog et il me tente bien. C’est « Pour vous » de Dominique Mainard.

"Pour vous" de Dominique Mainard

Et enfin dernier stand, des livres neufs à moitié prix, et au milieu de tous ces livres, « L’atlas des inconnus » de Tania James qui vient juste de paraître en cette rentrée littéraire et il est à – 50%!! J’achète!

"L'atlas des inconnus" de Tania James

On se retrouve pour le prochain shopping!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les trucs qui se lisent | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

C’est Lundi! Que lisez-vous?

Allez zou, en ce jour de congé, je participe au rendez-vous du Lundi mis en ligne par Malou. Le principe est simple, répondre à trois questions sur nos lectures et poster le lien de l’article sur le blog de Malou.

Qu’est-ce que j’ai lu la semaine passée?

– « Gatsby le magnifique » de Francis Scott Fitzgerald
– « Joséphine change de camp » de Pénelope Bagieu
– « Monster » (tome 11) de Naoki Urasawa

Qu’est-ce que je lis en ce moment?

– « Monster » (tome 12) de Naoki Urasawa
– « La conjuration des imbéciles » de John Kennedy Toole
– « Kick-Ass » de Mark Millar et John Romita Jr

Que lirai-je la semaine qui vient?

Je vais commencer par « Et mon coeur transparent » de Véronique Ovaldé et en fonction du temps qu’il me restera, j’enchaînerai peut-être sur « Pour vous » de Dominique Mainard. Je continuerai aussi la série des « Monster » de Naoki Urasawa.

A votre tour…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les trucs qui se lisent | 2 commentaires

« Journal d’Italie » de David B.

« Journal d’Italie », tome 1: Trieste Bologne, de David B. aux éditions Delcourt.

"Journal d'Italie" tome 1 de David B.

Je retourne le livre et je vois:

Un dessin de David B. et une citation de Mario Soldati:
« Il y a deux choses que les étrangers ne croiront jamais à propos de l’Italie: que notre littérature est intéressante et que nos soldats sont courageux. »

Et quand on ouvre le livre, on trouve également une dédicace de David B. à l’attention de Ramon, moui, la méga classe!

Le résumé est également à l’intérieur et ça donne ça:
Il n’y a rien de meilleur que marcher pour trouver des histoires et de regarder passer les gens lorsqu’on est assis à la terrasse d’un café pour saisir des personnages. Il m’a suffi de me faire passant dans les rues des villes italiennes pour voir les histoires m’emboîter le pas, me rattraper, engager la conversation, proposer leurs services et se glisser dans mon livre. Je les ai dessinées comme elles venaient, au fil du temps, en marchant. Il n’y a rien d’autre dans ce « jounal » que le plaisir de raconter des histoires.

J’en pense quoi?

J’ai un à priori positif sur ce livre quand je décide de le commencer parce que, d’une, c’est moi qui l’ai offert (héhé), de deux, J’ai lu plusieurs bandes dessinées de David B. et j’ai aimé et de trois, mince, il est dédicacé ce bouquin alors il a interêt de valoir le coup!

Et là, c’est le drame! Ma déception grandit au fur et à mesure des pages… Bon, il y a tout de même du positif, les dessins sont très chouettes, on reconnait bien le style de David B. Mais comme je vous l’avais déjà dit, j’ai un problème avec les nouvelles, les histoires courtes, on a pas le temps d’en profiter, de s’imprégner et on reste sur sa faim! Là, encore, ça reste une opinion très personnelle.
La deuxième critique que je ferais à ce bouquin, c’est que bien que certaines histoires soient très intéressantes (j’apprécie le côté un peu barré de l’auteur), d’un point de vue général, je trouve que ça se la joue un peu et jusqu’à présent, je n’avais jamais eu cette impression en lisant du David B.

Alors, on marche tranquillement jusqu’à la librairie, comme le personnage dans les rues italiennes, pour acheter ce livre parce que ça reste tout de même un très beau livre et on attend la suite pour se faire une idée plus précise.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les lectures de Liliwenn, Les trucs qui se lisent | Tagué , , , | 2 commentaires